top of page

AU SUJET D'ASCANIO
Un texte de Georges Schürch et une interview de Guillaume Tourniaire

Pour accéder aux PDF,

cliquer sur les images.

Pésentation du livret d'Ascanio du Grand Théâtre de Genève,

par Georges Schürch.

Interview de Guillaume Tourniaire par Charles Sigel pour le livret du Grand Théâtre de Genève.

ASCANIO
Opéra de Camille Saint-Saëns (1890)

L'ŒUVRE

«Ascanio» est un grand opéra en 5 actes et 7 tableaux de Camille Saint-Saëns (1835-1921). Le poème est de Louis Gallet (1835-1898) d’après le drame «Benvenuto Cellini» (1852) de Paul Meurice (1818-1905), lui-même basé sur le roman historique «Ascanio» (publié en 1843) d’Alexandre Dumas, père (1802-1870). Ce roman, écrit en collaboration avec Paul Meurice, est directement inspiré des «Mémoires de Benvenuto Cellini (1498-1562)» publiées pour la première fois en français en 1822.

 

Camille Saint-Saëns a composé cette oeuvre pendant les années 1887 et 1888. Le choix de ce sujet vient de son amitié avec Paul Meurice, aussi de son désir de composer des opéras d’après l’histoire de France. Le livret de l’opéra suit en grande partie la pièce de Meurice. Au 3ème acte est ajoutée une Fête à Fontainebleau qui comprend un divertissement de 12 danses inspirées fortement par l’opéra baroque français. Saint-Saëns a dédié son opéra à la fameuse cantatrice Pauline Viardot (1821-1910). Bien que Cellini soit la figure centrale du drame, le titre d’«Ascanio» a été choisi en raison de la préexistence du «Benvenuto Cellini» (1837) d’Hector Berlioz (livret de Léon de Wailly et Auguste Barbier).

Ascanio_Decor.jpg
Ascanio_couvCD.jpg

Couverture du CD réalisé en 2018.

Dessin du décor pour la création de l'opéra Ascanio par Philippe Chaperon 1890 Bibliothèque nationale de France.

«Ascanio» a été créé le 21 mars 1890 à l’Académie Nationale de Musique de Paris (Palais Garnier), dans une mise en scène de Pedro Gailhard (alors co-directeur de l’Opéra), des costumes de Charles Bianchini, des décors de Jean-Baptiste Lavastre, Eugène Carpezat, Auguste-Alfred Rubé, Philippe Chaperon et Marcel Jambon et une chorégraphie de Joseph Hansen. L’orchestre était dirigé par Auguste Vianesi et la distribution comprenait le baryton Jean Lassalle (Benvenuto), le ténor Emile Cossira (Ascanio), la basse Paul-Henri (dit Pol) Plançon (François 1er), la mezzo-soprano Rosa Bosman (Scozzone), la soprano Emma Eames (Colombe) et la soprano Ada Adiny (la Duchesse d’Etampes) dans les rôles principaux.

RÉSUMÉ

L’action se déroule à Paris en 1539 pendant le séjour du sculpteur Benvenuto Cellini à la cour de François 1er. Cellini est venu d’Italie avec son apprenti Ascanio, qu’il aime comme un fils et sur lequel la redoutable duchesse d’Etampes, maîtresse du roi, a jeté son dévolu. Par ordre du roi, afin de disposer de suffisamment d’espace pour fondre une monumentale statue de Jupiter, Cellini reçoit le palais du Grand Nesle, dont le prévôt de Paris Robert d’Estourville avait la jouissance, ce qui provoque la jalousie de celui-ci.

Cellini doit investir le palais par la force et, au moment de l’assaut, il tombe sous le charme de Colombe d’Estourville, fille du prévôt, qui aime et est aimée d’Ascanio. Quant à Scozzone, demi-soeur de la duchesse d’Etampes, elle est éprise de Cellini et donc jalouse de Colombe ! La rivalité entre le maître et l’apprenti pourrait être terrible sans la grandeur d’âme de Cellini qui, touché par la pureté des amours des deux jeunes gens, renonce à Colombe et décide de tout mettre en oeuvre pour faire échouer le mariage (avec le comte d’Orbec) que la duchesse d’Etampes, par jalousie, et le prévôt de Paris, par cupidité, ont décidé pour Colombe. Et lorsqu’il se rend compte que la jalousie de la duchesse d’Etampes peut être fatale à Colombe, il dissimule la jeune fille dans un reliquaire ouvragé qu’il a conçu pour le couvent des Ursulines et qu’il a mis en sécurité.

La duchesse découvre l’endroit et conçoit de laisser Colombe mourir étouffée, enfermée dans la châsse. Scozzone a cependant compris qu’elle est à l’origine de l’horrible dessein de la duchesse et parvient à prendre secrètement la place de Colombe dans le reliquaire. Pendant ce temps, Cellini a demandé au roi d’autoriser le mariage d’Ascanio et de Colombe, en récompense de la statue de Jupiter qu’il a créée. Le roi acquiesce, mais l’heureuse nouvelle est anéantie par la découverte de Scozzone, morte étouffée à la place de Colombe !

LE PROJET

Le projet conçu par Guillaume Tourniaire consistait d’abord en la reconstitution de la partition originale, car Camille Saint-Saëns n’avait pas pu éviter que de nombreuses coupures soient pratiquées, souvent à son corps défendant. En fait, il n’a jamais entendu son oeuvre dans son intégralité et les concerts de Genève constitueront donc la création mondiale de l’oeuvre intégrale originale ! Les aspects musicologiques, historiques et artistiques de cette re-création ont donc favorisé :

  • des séminaires, travaux de recherche et conférences avec la collaboration de la Haute de Musique de Genève-Neuchâtel autour de la reconstitution de la partition, du style interprétatif de l’époque, des traditions en vigueur à l’Opéra de Paris, de l’instrumentarium, etc.

  • des séminaires, travaux de recherche et conférences avec la collaboration de la Haute Ecoled’Art et de Design de Genève autour du bijou en tant que création artistique (orfèvrerie), en tant qu’accessoire de théâtre, en tant qu’objet historique, etc.

  • des conférences, expositions, etc. à propos des documents à disposition (maquettes de décors, costumes, accessoires, articles de presse, correspondance de Saint-Saëns et de ses collaborateurs, etc.).

Ce projet a en outre présenté une forte valeur pédagogique, puisque l’orchestre fut composé des étudiantes et étudiants de le HEM, qui ont vécu ainsi toute la préparation d’un vaste ouvrage lyrique et collaborèrent avec des chanteurs professionnels de haut niveau, ainsi qu'avec les choeurs du Grand Théâtre de Genève. Un enregistrement discographique pour le commerce a également été réalisé.

Deux concerts furent donnés, les 24 et 26 novembre 2017, ce qui laissa l’opportunité de consacrer la journée du samedi 25 novembre à des animations publiques (conférences, présentations, débats, expositions, récitals, etc.). Une sorte de «petit Festival Saint-Saëns» eut donc lieu et permit de présenter d’autres facettes du compositeur comme le fait, par exemple, qu’il a été le premier à écrire une musique de film («L’Assassinat du Duc de Guise» d’André Calmettes, 1908).

ASCANIO PRIMÉ
PREIS DES DEUTSCHEN SCHALLPLATTENKRITIK 2019

L’enregistrement CD d’Ascanio a reçu le prestigieux Preis der deutschen SchallplattenKritik le 4 octobre 2019, en tant que meilleure parution d’opéra de l’année.

"C'est une nouvelle et formidable récompense pour cet enregistrement et cette édition qui aura reçu un accueil  exceptionnel de la critique et du public."

                 

Rémy Gassiat

Label Manager b-record

PDSK_2019.jpg
PDSK_site.jpg

Cliquer sur l'icône de la brochure

pour la télécharger (en allemand).

Cliquer sur l'image ci-dessus pour accéder directement à la page du site de PDSK dédiée à Ascanio.

Et pour consulter la revue de

presse complète, cliquez ICI

Pour commander le CD cliquez sur l'image.

St-Saens-ASCANIO.png

GALERIE DE PHOTOS

Photos réalisées par Éric Bouvet pour le livret du CD Ascanio de 2018.

© Tous droits réservés - b-records.

bottom of page